Concepts et données chiffrées

Des vies fauchées trop tôt, en partie parce que certaines mesures structurelles ne sont pas décidées ou appliquées

JPEG - 38.6 ko
Nuages par André, alias Dédé, décédé en 2014

Concepts
Pour le Collectif, les "Morts de la Rue" sont les personnes décédées qui ont connu, à un moment de leur existence, la vie en rue. Un "indigent" est quant à lui une personne dont les obsèques ne peuvent être payées (ni par ses proches, ni par ses fonds propres).

La "pelouse 41", ou avant la pelouse 36 du cimetière de Bruxelles à Evere, est la parcelle réservée aux concessions de 5 ans, durée minimale d’une concession. Elle n’est pas réservée exclusivement aux inhumations prises en charge financièrement par la Ville de Bruxelles.

Données chiffrées

PDF - 1.1 Mo
RA 2015

Depuis que le Collectif existe, nous récoltons un certain nombre de données qui nous aident à mieux cerner la réalité de la vie en rue. Ce données ne sont pas les résultats d’un travail scientifique, mais sont, selon nos connaissances, désormais les seuls données concernant la mortalité des personnes sans abri à Bruxelles, et in extenso en Belgique. Ici vous pouvez consulter les chiffres sur les dix premiers années dépuis la création du collectif (2005-2015).

Appel à la politique : logement non-saisonnière
Entre 2008 et 2018 la population des habitants de la rue a la région de Bruxelles Capitale a augmenté de 142% lorsque le nombre des places disponibles dans les maisons d’accueil a augmenté de 15,9% (BSI Brussels, 2019). Cet énorme augmentation d’habitants de la rue souligne à nouveau l’importance du collectif.


Chaque année, le collectif enregistre des décès répartis tout au long de l’année, comme visible dans le graphique ci-dessus. Nous voulons explicitement appeler les pouvoirs publics compétents, notamment les différents Pouvoirs Communaux de la Région Bruxelloise et les Gouvernements Bruxellois, Wallons, Flamands et Fédéraux, à investir encore plus dans des mesures qui aident vraiment à sortir les gens de la rue et leurs offrent un nouveau futur.

Nous plaidons pour une réduction des listes d’attente pour les logements sociaux, pour l’augmentation du revenu minimum proportionnellement au coût d’un logement décent, et pour l’élargissement de l’offre de solutions de logement et d’accompagnement sur mesure des personnes sans abri.

Pour consulter tout le rapport de BSI Brussels vous pouvez suivre le lien :
https://journals.openedition.org/brussels/3944